Mercure et le caducée

Mercure et le caducée

Mercure et le caducée

Halle 1900. Carte postale, entier de poste privée. Fleur et Mercure avec caducée. Les postes privées allemandes fermeront définitivement leurs portes le 30 mars 1900.

Mercure

Mercure (lat. : Mercurius) est le dieu du commerce dans la mythologie romaine. Assimilé à l'Hermès grec, il devient également le dieu des voleurs, des voyages et le messager des autres dieux. Son nom est lié au mot latin merx (fr. : marchandise), mercari (fr. : commercer), et merces (fr. : salaire). Ses attributs traditionnels sont la bourse, le plus souvent tenue à la main, le pétase, le caducée, des sandales ailées ainsi qu'un coq et/ou un bouc. Il était célébré le 15 mai en particulier lors des Mercuralia.

Le mot « mercredi » dérive étymologiquement de « Mercure ».

Culte
Le culte de Mercure est ancien et la tradition le faisait remonter aux lendemains de l'expulsion des Tarquins1.

Le temple de Mercure a été construit en 495 av. J.-C. dans le Circus Maximus, entre les collines de l'Aventin et du Palatin. Lieu particulièrement adapté pour adorer un dieu du commerce connu pour sa rapidité, car c'était un centre majeur du commerce et on y trouvait un hippodrome. La situation du temple de Mercure placé entre l'Aventin tenu par la plèbe et le Palatin, centre politique des patriciens, souligne son rôle en tant que médiateur[réf. nécessaire]. En tout état de cause, les circonstances de la fondation montrent que le culte de Mercure est dès lors lié au commerce et spécialement au ravitaillement1.

Mercure n'appartenant pas au groupe des premières divinités romaines, il n'avait pas reçu de flamine (« prêtre »). On l'honorait cependant lors d'une fête importante, le 15 mai, les Mercuralia, fête au cours de laquelle les marchands s’arrosaient la tête et leurs marchandises d'eau tirée de son puits sacré situé près de la Porta Capena. Comme le raconte Ovide, ceux-ci lui offraient alors de l'encens et le priaient de leur assurer des profits.

Assimilation à Hermès

Mercure n’apparaît pas parmi les divinités di indigètes de la religion romaine archaïque. Au moment de son assimilation avec le dieu grec Hermès, commençant vers le ive siècle avant l'ère commune, il réunit les fonctions des Dei Lucrii, ces anciennes divinités du commerce, de l'échange et du profit.

Certains historiens, voient en Mercure la fusion du dieu grec Hermès et d'un dieu pré-romain — peut-être étrusque — du contrat. Ce terme de contrat serait à prendre au sens large : aussi bien contrat marchand, qu'accord entre des personnes portant sur des choses non monétaires.[réf. nécessaire]

Cette fusion aurait eu lieu au cours du iie siècle av. J.-C.. Dès le début, cette assimilation est facilitée par la proximité d'apparence des deux divinités : le port des chaussures Talaria, du chapeau ailé, et du caducée, ce bâton avec deux serpents entrelacés, don d'Apollon à Hermès. Mercure est souvent accompagné d'un coq, symbole de la nouvelle journée, d'un bélier ou d'une chèvre, symboles de la fertilité, ou encore d'une tortue, faisant référence à l'invention légendaire de la lyre avec une carapace de tortue.

Il a été un messager des dieux et un dieu du commerce, en particulier du commerce des grains.

Enfin, Mercure est aussi un dieu « psychopompe », qui conduit les âmes récemment mortes dans l'au-delà.
(source wikipedia)

patrice

Laisser une réponse

Fermer
Fermer

Veuillez saisir votre nom d'utilisateur ou adresse mail. Vous recevrez un lien pour créer un nouveau mot de passe par e-mail.

Fermer

Fermer